DĂ©tail

Blog

280 mètres d’histoire géologique

La connaissance de la structure précise du sous-sol comprend – c’est vraiment le cas de le dire – encore de nombreuses zones d’ombre. Les sondages de reconnaissance géologique livrent des aperçus exceptionnels à cet égard, qui nous permettent d’y voir plus clair – en plus de susciter un vif intérêt dans notre filiale de Bâle.

Il y a encore quelques jours, les caisses en bois s’accumulaient dans le dépôt de carottes de forage de Schweizerhalle (Pratteln). Leur contenu : un impressionnant reflet de notre sous-sol sous forme de carottes de forage provenant de puits de prospection de sel. Si, au lieu d’être rangées côte à côte, ces caisses étaient alignées dans le sens de la longueur, on obtiendrait un cylindre de pierre d’une taille de 280 mètres. Il s’agirait alors littéralement d’une longue ligne du temps, dont les tronçons les plus anciens dateraient de 250 millions d’années. Une expérience rare, même pour un géologue !

 

Métaphoriquement, ce cylindre peut être assimilé au faisceau d’une lampe torche que l’on dirigerait aléatoirement sur les parois d’une vaste salle obscure à la recherche de l’interrupteur.

L’objectif des travaux d’exploration géologique tels que ceux menés actuellement pour le compte de Salines Suisses SA est d’analyser les conditions géologiques du sous-sol. Pour simplifier, on peut dire que nous réalisons un état des lieux du sous-sol. Après avoir soigneusement étudié toutes les données existantes, parcouru et cartographié une zone, nous avons en général déjà une première idée de la constitution du sous-sol. Pour affiner le modèle, nous avons recours à des méthodes de mesure géophysique ou à des sondages de reconnaissance. Les investigations géophysiques (p.ex. sismique et géoélectrique) donnent une vue générale du sous-sol. L’avantage des sondages est qu’ils permettent d’échantillonner et d’analyser en détail les couches rocheuses profondes, ainsi que - d’examiner les conditions hydrogéologiques. Ils nous fournissent alors des données fiables sur le sous-sol.

Au moyen d’un réseau de sondages de reconnaissance, il est possible d’étudier le sous-sol de manière systématique. Dans un cas comme le nôtre, le but est de connaître au mieux les caractéristiques géologiques d’un possible site d’extraction de sel. Les données essentielles qu’il convient d’étudier sont notamment l’épaisseur de la couche de sel, la nature des roches recouvrant le gisement ainsi que les caractéristiques de l’aquifère. À partir de ces informations, il est alors possible de déterminer si le site en question se prêterait à une future exploitation de sel par Salines Suisses SA.

Le suivi géologique et l’interprétation des sondages de reconnaissances suscitent une grande excitation lors de nos visites du dépôt de carottes de forage. Les carottes extraites valideront-elles nos modèles théoriques ? À quelle profondeur se situe le gisement de sel ? Quelle est l’épaisseur réelle de la couche de sel ? Autant de questions auxquelles nous attendons les réponses avec impatience. En tout état de cause, l’interprétation des données recueillies consolidera et approfondira les connaissances géologiques de la zone étudiée.

Tobias Brehm
GĂ©ologue
Tobias Brehm est géologue. Il est au service de GEOTEST Bâle depuis 2019.
haute de page